A logo… what a story !

Home/BLOG MAIN, MAIN BLOG/A logo… what a story !

A logo… what a story !

A logo therefore a story !

As we know well nowadays, the logo is of capital importance in the evolution of a brand… and this phenomenon is not new!

Since I was little, logos have always fascinated me! Whether it is a car logo or that of a store, I have always wondered how and under what conditions or motivations it was created… and behind each logo that lasts over time, you have to know that there is a story of man (s), with meetings, successes, failures, errors… so detractors, and fanatics to balance all that!

As for my DIDJAMAN logo, it is a story of a mishap, I would say, as well as common sense and love from my friends who are generous in their ideas and protectors in their souls !

I am delighted today because I owe them a great deal of gratitude for the development of my work, as well as their courage for telling me frankly when I was right or wrong !

Besides, those friends are still there. Thanks to my friends Oliv (of the Brewery Nemeto, ZE super french brewery !!!) , Seb Jj, Dj Boz, Gilles Varesano, Gilles Beaucousin, Didier Daligault, Cedric Pla, Kelu Didg and the others.

Here is my logo on this image opposite. This is the first made in solid gold by the talented jeweler setter Jérémy le Grand. Of course the buyers of Didgeridoo DIDJAMAN know this logo well because I started by burning it with a pyrograver from my first instrument productions in 1996.

It was my friend Gilles Varesano (aka RIP), writer, who came to my house one day in that same year of 1996. And who wanted to see me because I had just returned from Australia with a stock of raw didgeridoos. At the time I was 28 years old and I was making a transit in my teenage room at my parents’ house to be able to rebuild my financial health because I was coming back from Australia and I had bet all my money on this manufacturing project. of didgeridoos collected directly in Australia.

Why ? Just like that ! History of sharing with the French what I had just discovered during a wonderful trip that I had done in 1995… and history of continuing this dream that I had lived there, and why not to live from it. elsewhere ?!

And secretly I was hoping for recognition and success… but shhh, I was only 28 ! It’s legitimate I think.

So my friend Gilles rings the bell. I go downstairs to open the door to him and I say to him: “before drinking, I want to show you something, follow me ! ”

We go down to the small workshop room of my father-in-law, then caretaker of a residence, who had lent it to me for in fact a repair workshop while waiting for me to find a real workshop. I open and he discovers the first stock of Raw Australian Eucalyptus Didgeridoos… with this very special smell !

He hallucinates, he blocks… and a big smile appears on his lips and says to me :

  • You are sick Raf !!! Only you can do this man… but I’m sure it will work !!!
  • Oh good you think so ?
  • Of course ! Have you ever seen this elsewhere ?
  • Yes, in Australia.
  • But you’re phew ! Am I talking to you from here in France man ?!
  • Well no !
  • Well that’s why it will work ! Go for it buddy !

I close the workshop and they go up to my house, in my “teenage room“, and Gilles sees a Veleda whiteboard against one of the walls behind my bed :

  • Is this your whiteboard ?
  • Yes !
  • azy bring it… we are going to do something…
  • What ?
  • Give me a felt-tip pen… swarm !
  • Okay !
  • What’s your last name ? AMATO ? right ?
  • Well, until today I think yes…

He roughly notes the initial of my last name which runs up the entire height of the board… a big uppercase “A”, and says :

  • You see, I don’t know much about it but I think you should create a logo for yourself, a brand! Because I’m sure if you get into it now, it’ll identify your job and protect yourself if something goes wrong as well.
  • Not stupid I admit !
  • So imagine at the bottom of A you make a kind of bridge between the spikes…

We had our noses glued to the board at that moment and under a natural reflex, we step back at the same time and we see the logo appear in its entirety… it is simple ! he is handsome ! He smiles… me too !

We check our hands :

  • Do you like it Raf ?
  • Hell yeah !!!
  • So… are we celebrating this ?
  • what do we drink anyway ?
  • I don’t know… but we’re going to drink !

The next day, I bought a pyrograver and I put my first logo on my 1st didge … and I started the process to make a protection deposit to the french brand protection center calls INPI… welcome to the business friends !

Since that day, a kind of pride in having accomplished something has settled in me. This did not prevent me from taking the VIRGIN MEGASTORE store in the Champs-Elysées to court for having sold the models of my very first album “One didge, One beat” on their shelves ! Fortunately, I had ego-centered my logo on the cover, which allowed me to collect exploitation rights.

Like what my friend Gilles was right… “to protect me” as he had said… Thank you Gilles !

My logo has been compared to all kinds of famous logos, like the one for the fight against AIDS, or Nikki Beach for example. Others thought it was a logo to convey height, really weird but hey. I was also asked if the instrument came from the Native Americans because it represented a tipi to them. It was this reflection that gave me the right argument to verbally explain what my logo is like when someone asks me over the phone, for example.

Conclusion :

In the end, people see what they want to see there… but as long as it inspires, I find it very cool! Since 1996 my logo has not changed, except for the material… always for the better and for the fun of it !

Do not hesitate to leave me a comment, it is always a pleasure to read your impressions, your emotions…

Raphaël Didjaman.

By |2020-11-01T20:14:48+01:00November 1st, 2020|BLOG MAIN, MAIN BLOG|0 Comments

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

Leave A Comment

Un logo… quelle histoire !

Un logo donc une histoire !

Comme on le sait bien de nos jours, le logo a une importance capitale dans l’évolution d’une marque… et ce phénomène ne date pas d’hier !

Depuis tout petit les logos m’ont toujours fasciné !  Que ce soit un logo de voiture ou celui d’un magasin, je me suis toujours demandé comment et dans quelles conditions ou motivations il a été créée. Et derrière chaque logo qui dure dans le temps, il faut savoir qu’il y a une histoire d’homme(s), avec des rencontres, des succès, des échecs, des erreurs… donc des détracteurs, et des fanatiques pour équilibrer tout ça !

Pour ce qui est de mon logo DIDJAMAN, c’est une histoire d’accident de parcours je dirai, ainsi que du bon sens et de l’amour de la part de mes amis qui sont généreux dans leurs idées et protecteurs dans leurs âmes !

Je suis ravi aujourd’hui car je leur dois énormément de reconnaissance par rapport à l’évolution de mon travail, ainsi que leur courage pour m’avoir dit franchement quand j’avais raison ou tort !

D’ailleurs ces amis sont toujours là. Merci à mes potos Oliv (de la Brasserie Nemeto, ZE super brasserie !!!) , Seb Jj, Dj Boz, Gilles Varesano, Gilles Beaucousin, Didier Daligault, Cedric Pla, Kelu Didg et les autres.

Voici donc mon logo sur cette image ci-contre. Celui-ci est le premier réalisé en Or massif par le talentueux bijoutier sertisseur Jérémy le Grand. Bien sûr les acquéreurs de Didgeridoo DIDJAMAN connaissent bien ce logo car j’ai commencé par le graver avec un pyrograveur dès mes premières productions d’instruments en 1996.

C’est mon ami Gilles Varesano (aka RIP), écrivain, qui a déboulé chez moi un jour en cette même année de 1996. Et qui voulait me voir car je venais de rentrer d’Australie avec un stock de didgeridoos bruts. A l’époque j’avais 28 ans et je faisais un transit dans ma chambre d’ado de chez mes parents pour pouvoir me refaire une santé financière car je revenais d’Australie et j’avais misé tout mon argent sur ce projet de fabrication de didgeridoos recueillis directement en Australie.

Pourquoi ? Juste comme ça ! Histoire de partager avec les français ce que je venais de découvrir lors d’un merveilleux trip que j’avais fait en 1995… et histoire de continuer ce rêve que j’avais vécu là-bas, et pourquoi pas en vivre d’ailleurs ?!

Et secrètement j’espérais toucher à la reconnaissance et au succès… mais chuuut, je n’avais que 28 ans !  C’est légitime je pense.

Donc mon ami Gilles sonne à la porte. Je descends lui ouvrir et je lui dis : « avant de picoler, je veux te montrer quelque chose, suis moi ! »

On descend dans le petit local atelier de mon beau-père, alors gardien d’une résidence, qui me l’avait prêté pour en fait un atelier de dépannage en attendant que je trouve un vrai atelier. J’ouvre et il découvre le premier stock de Didgeridoos en Eucalyptus d’Australie brut… avec cette odeur si particulière !

Il hallucine, il bloque… et un grand sourire se dessine sur ses lèvres et me dit :

  • T’es un malade Raf !!!  Il n’y a que toi pour faire ça… mais je suis sûr que ça pourrait marcher !!!
  • Ah bon tu crois ?
  • Bien sûr ! T’as déjà vu ça ailleurs toi ???
  • Oui, en Australie.
  • Mais t’es ouf ! J’te parle d’ici en France mec ?!
  • Ben non !
  • Ben voilà pourquoi ça pourrait marcher ! Fonce mon pote !

Je referme l’atelier et on monte chez moi, dans mon « ado-chambre », et Gilles voit un tableau blanc Velléda contre l’un des murs derrière mon lit :

  • C’est à toi ce tableau ?
  • Yes !
  • azy amène… on va faire un truc…
  • Quoi ?
  • Donne-moi un feutre steuplait…
  • Ok !
  • C’est comment ton nom de famille ? AMATO ? c’est ça ?
  • Bah jusqu’à aujourd’hui je pense oui…

Il note en gros l’initiale de mon nom de famille qui toute la hauteur du tableau… un grand « A » majuscule, et me dit :

  • Tu vois, je ne m’y connais pas trop mais je pense qu’il faudrait que tu te créés un logo, une marque quoi ! Car je suis sûr que si tu t’y mets maintenant, ça identifiera ton travail et que tu te protègeras en cas de problème également.
  • Pas con j’avoue !
  • Donc imagine en bas du A tu fais une sorte de pont entre les pointes…

Il dessine effectivement une sorte d’arc de cercle concave qui joint les 2 bouts du bas de la lettre A. Et c’est à ce moment-là que je lui prends le stylo des mains pour dessiner le prolongement en hauteur de cette même lettre… ce qui donnera pour finir une sorte de tipi !

On avait le nez collé au tableau à cet instant et sous un réflexe naturel, on recule en même temps et on voit le logo apparaître dans sa totalité… il est simple ! il est beau !  Il sourit… moi aussi !

On se checke la main :

  • T’aimes bien Raf ?
  • Graaaave !
  • Bon… on fête ça ? on picole quoi au fait ?
  • Ch’sais pas… mais on va picoler !!!

Le jour d’après, j’ai acheté un pyrograveur et j’apposais mon premier logo sur mon 1er didge… et je commençais les démarches pour faire un dépôt de protection auprès de l’INPI… bienvenu dans le bizz les amis !

Depuis ce jour-là, une sorte de fierté d’avoir accompli quelque chose s’est installé en moi. Ce qui ne m’a pas empêché de mettre au tribunal le magasin VIRGIN MEGASTORE des champs-Elysées pour avoir vendu les maquettes de mon tout premier album « One didge, One beat » dans leurs rayons !  Heureusement que j’avais bien mis égocentriquement mon logo sur la pochette, ce qui m’a permis de gagner le procès et de toucher des droits d’exploitations.

Comme quoi mon ami Gilles avait raison… « pour me protéger » comme il avait dit… Merci Gilles !

Mon logo a été comparé à toutes sortes de logos célèbres, comme celui de la lutte contre le sida, ou bien Nikki Beach par exemple. D’autres pensaient que c’était un logo pour donner le sens de la hauteur, vraiment bizarre mais bon. On m’a également demandé si l’instrument venait des indiens d’Amérique car ça représentait un tipi  pour eux. C’est d’ailleurs cette réflexion qui m’a donné le bon argument pour expliquer verbalement comment est mon logo quand on me demande au téléphone par exemple.

Conclusion :

Au final, les gens voient ce qu’ils veulent bien y voir… mais du moment que ça inspire, je trouve ça très sympa !  Depuis 1996 mon logo n’a pas changé, sauf la matière… toujours pour le meilleur et pour le plaisir !

N’hésitez pas à me laisser un commentaire, ça fait toujours plaisir de lire vos impressions, vos émotions…

Raphaël Didjaman.

By |2022-06-21T10:18:50+02:00November 1st, 2020|BLOG MAIN|13 Comments

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

13 Comments

  1. CEDRIC PLA 2020-11-01 at 21 h 10 min - Reply

    Hello mon Ami,

    j’ai adoré lire tout cela ! Je trouve cela intéressant de pouvoir comprendre la création d’un logo pour une marque. Je dirais même dans ce cas bien précis un parcours de vie. J’aime beaucoup ce coté passionné et entreprenant pour moi c’est déjà une signe de réussite. Tu as pris des risques et ça a payé ! Tu as amené ce magnifique instrument en France, tu étais visionnaire sans le savoir ! Quand on voit l’engouement qui a suivi… Depuis 1996 il s’est passé des tas de choses mais tu es toujours là aussi passionné qu’au premier jour, je suis heureux de pouvoir avoir de belle personne comme toi dans mon entourage. Je t’ai d’abord suivi sur les réseaux sociaux, un jour nos passions communes nous ont permis de nous rencontrer et maintenant nous sommes amis. Je dérive un peu mais je reprends le fil haha. En tout cas tes créations ont toujours évoluées pour devenir aujourd’hui des instruments magnifiques en plus d’être magiques. Quel Parcours, bravo !!!

    Amitiés Cédric.

    • Raphael Didjaman 2021-11-08 at 23 h 46 min - Reply

      WOW ! Que dire après ces mots pleins d’amour mon pote… ah si… merci !!! 🥰

  2. Gaets vince 2020-11-06 at 8 h 15 min - Reply

    Merci bcp pour cette précision sur ton logo qui est très inspirant et authentique car il te reflète bien dans un esprit nature et lointain il corrobore ta façon de créer, sur ton état d’esprit et colle a merveille avec tes instrument venu d’un autre temps… Magnifique que dire de plus !

    J’espère à très bientôt je te recontacterai dans le weekend si tu as quelques minutes à m’accorder…

    A bientôt l’ami….

    • Raphael Didjaman 2020-11-06 at 8 h 24 min - Reply

      Merci à toi Vince, c’est vraiment gentil de ta part… la route continue ! ❤️

  3. Laure Schappler 2020-11-08 at 11 h 24 min - Reply

    Le mystère sur ce beau logo est enfin levé ! L’histoire est belle, comme ton parcours Raph. Des histoires de rencontres, des histoires de vie et d’instinct 🙂
    Bravo à toi 🙂

    • Raphael Didjaman 2020-11-08 at 19 h 27 min - Reply

      Merci Laure,

      et on peut dire aussi merci à ces rencontres car il n’y a pas que moi dans l’histoire… c’est un tout !

  4. Priscilla 2020-11-22 at 4 h 09 min - Reply

    Juste fascinant !!!

  5. karl 2021-01-08 at 13 h 06 min - Reply

    C’est une belle histoire, merci de l’avoir partager avec nous.
    C’est ce que j’aime chez toi, tu te livres humainement et humblement.
    Merci à toi Raphaël. Je te souhaite le meilleurs pour 2021
    Karl

    • Raphael Didjaman 2021-01-09 at 9 h 51 min - Reply

      Yes Karl… c’est trop gentil de ta part !
      Je pense que je parlerai un jour de l’histoire de notre rencontre et du comment le logo de mon label TRIBAL ZIK RECORDS avec ta peinture… tu te rappelles ?

      Belle année à toi poto…😉

  6. Alain 2022-09-10 at 18 h 45 min - Reply

    Superbe.
    Cette histoire sur ce petit logo est juste géniale avec beaucoup d’humour et d’authenticité .
    Toutes les belles histoires partent souvent d’une petite étincelle d’idée qui vient du plus profond de l’âme. Une étoile de bonheur qui procurera beaucoup de lumières joyeuses qui scintilleront le cœur de tous .

    Merci pour ce partage

    Ommmm

    Alain

    • Raphael Didjaman 2022-10-03 at 7 h 54 min - Reply

      Merci Alain… c’est vrai qu’on ne se rend pas souvent compte de l’impact sur le futur que l’on peut avoir avec de simple histoire comme celle là… et pour le bonheur de tous ! ❤️

Leave A Comment

Go to Top