Lies BEIJERINCK… Didge MAMA à l’action !

Lies BEIJERINCK… alias DIDGE MAMA pour ceux qui ne la connaissent pas encore…Smiling Face with Hearts

Je me souviens des lives de LIES BEIJERINCK lors des festivals dans les années 2000… avec ses techniques pointues et le punch qu’elle envoyait dans ses didgeridoos… impressionnant !

Lies… (on prononce Lise en Français) est une joueuse de didgeridoo qui fait partie de la première génération des joueurs européens. D’origine des Pays-Bas, elle amènera le côté “sans concession” du didgeridoo. C’est à dire que lorsqu’elle est sur scène, elle envoie du paté comme on dit. Ce qui m’a amené à penser qu’on aurait dit une sorte de féministe qui exprimait “sa fierté d’être femme” à travers un instrument typiquement masculin. Car rappelons qu’à l’époque les gens “blancs” confondaient instrument et croyance !

Mais laissons-lui la parole, car elle bouillonne déjà de répondre aux questions !!!

  • Bonjour Lies, qui es-tu ?  Pourquoi ces 2 noms d’artistes ?

Bonjour tout le monde, mon nom est LIES BEIJERINCK, et j’ai 2 noms d’artistes :

  • Le premier est LIESUNDERTREES, et il concerne mes performances “lives”
  • Le deuxième est DIDGE MAMA, et je l’utilise pour cours et stages de didgeridoo; et notamment pour cours en vidéo sur ma page YOUTUBE
  • Quel est ton instrument principal ?

Le Didgeridoo est mon instrument principal, mais j’aime beaucoup d’autres instruments, comme le NGONI (je suis en ce moment en train de suivre des cours en ligne avec Frank Heinkel). Mon premier amour était pour la Harpe, donc j’en joue maintenant mais différemment je dirais.  Le Ngoni est une basse-harpe africaine. J’adore aussi mes Guimbardes, une sorte Harpe différente…hahaha ;-). Des Percussions africaines que je joue avec mon groupe amateur ‘Masongo’. Et enfin je chante dans une chorale améliorée ‘Genetic Choir’.

  • Quand et comment as-tu rencontré le Didgeridoo pour la première fois ?

C’était en 1993, j’étudiais à l’Art School (sculpture) à ce moment-là. Un ami et moi mangions dans cette cour de ce restaurant hippie souterrain. C’est à ce moment que j’ai entendu le Didgeridoo vivre pour la première fois !

  • Qu’as-tu ressenti et quelle a été ta première émotion à ce moment-là ?

J’étais fasciné par le son, je me sentais super excité et curieuse ! Je voulais vraiment essayer cet instrument incroyable et bien sûr, n’étant moi-même pas timide, j’ai demandé si je pouvais essayer !!!

  • Comment s’est passé la rencontre entre l’instrument et toi ?

Il y avait un gars qui s’appelait Lerant et qui avait amené des didgeridoos en pvc pour les vendre à un festival de musique en Belgique (ma ville étudiante était Breda, c’est près de la frontière belge). Les didgeridoos en plastique étaient joliment peints et avaient des embouchures en cire d’abeille.

Il m’a laissé essayer un et m’a dit de bourdonner mes lèvres. Quand j’ai essayé, j’ai réussi à obtenir le son tout de suite et je me suis immédiatement tombé amoureuse de la sensation de jouer ! Je pense que j’ai tout oublié, je ne me souviens pas avoir mangé et j’ai probablement joué pendant environ deux heures. Je ne pouvais pas faire grand-chose, juste quelques sons d’EEEEEE-OOOOO, mais j’adorais ça, et j’étais accro à produire ces vibrations tout de suite !

  • Vous êtes-vous réunis sur un ou plusieurs albums ?

J’ai fait beaucoup de concerts dans les années 90 dans les rues d’Amsterdam. À cette même période, je travaillais au Didge Shop «Aboriginal Art & Instruments» en 1994. Une scène didgeridoo s’est développée autour de ce magasin, et c’est là que je me suis connecté à de nombreux joueurs. Aussi la plupart étaient célèbres comme Alan Dargin (qui est devenu un ami et a été mon premier inspirateur), Mark Atkins, Si Mullumby (également un ami très cher qui a eu un effet énorme sur mon rythme), Ganga Giri et Charlie McMahon pour n’en nommer que quelques-uns.

Ensuite, 3ple-D a été mon premier groupe «sérieux», fondé par mon frère Didge Michiel Teijgeler (alias Mt-Yidaki) et moi-même. Le percussionniste Terence Samson nous a rejoints plus tard. Deux joueurs de Didgeridoo et un percussionniste (Didge Didge Drums, c’est pourquoi nous nous sommes  appelés 3ple-D, peut-être un joli détail à savoir).

Nous avons donc réalisé deux albums : «High from the Lowlands» et «Zumo» qui est sorti en 2003, et à cette époque bien reçu car il était tellement  Didgeridooiste ;-). Et j’aime toujours nos chansons dessus, et tellement heureuse de l’avoir créé ensemble. Avec ces deux frères, nous avons beaucoup tourné à travers le monde, jouant dans toutes sortes de festivals.

En 2018, nous, Aura Rascón Becerra et moi, avons sorti notre premier CD en tant que duo SANSZUS. Notre album s’intitule «Area, tales of a respiration planet». C’est un bel album avec les sons de rêve magiques de la Bansuri (flûte de bambou indienne) et les vibrations de mise à la terre du Didgeridoo. Nous avons créé, je crois, sept chansons très distinctes avec seulement ces deux instruments. Un détail amusant est que nous avions déjà enregistré les morceaux en 2014, mais avec le mixage, le mastering et l’écriture du livret, il nous a fallu quatre ans pour le sortir. Ooooops, c’était une longue livraison, hahahaha !

Un autre groupe avec qui j’ai beaucoup tourné s’appelait Loonaloop qui est basé en Australie. La première fois que je les ai rencontrés, c’était déjà dans les années 90. Sur l’un de leurs albums, “Skipping Stones”, vous m’entendrez sur la plupart des morceaux !!! Si vous aimez la musique de danse positive, allez-y :-).

Avec l’ensemble classique Hertz Ensemble, dont je fais partie, nous devions enregistrer un album, mais à cause du Coronavirus, il est reporté. Pour tous les autres albums dont je faisais partie, j’étais essentiellement un musicien de session rémunéré.

  • Combien de temps vous a-t-il fallu entre le jour de la rencontre avec vos groupes et la sortie du premier album ?

Avec 3ple-D, c’était probablement environ 3 à 4 ans, c’est il y a si longtemps que je ne m’en souviens pas. Eh bien la mémoire n’est plus mon truc, après quelques commotions cérébrales.

Fait amusant (enfin pas si amusant pour moi en fait), j’ai eu deux commotions cérébrales à cause de la chute de Didgeridoos sur ma tête. Attention donc aux Didgeridoos volants ! 

Avec le groupe SANSZUS, environ 6 ans, mais oui c’est à cause du retard de la libération… et avec Loonaloop, probablement environ 15 ans.

  • J’ai vu que vous enseignez avec des tutos sur Youtube, qu’est-ce qui vous a motivé à transmettre vos connaissances avec ces vidéos ?

Oui, on m’a demandé de le faire plusieurs fois depuis plusieurs années. Mais oui, le temps… et heureusement, j’étais toujours occupé à jouer et à enseigner partout dans le monde, donc je n’ai jamais trouvé le temps de faire des tutoriels. Donc, ce séjour à la maison m’a donné le temps de le faire… une sorte de bénédiction déguisée…

J’adore partager mes connaissances, donc ça me fait plaisir de faire ces tutoriels vidéos. Mon plan est de passer lentement des débutants aux techniques super avancées. Chaque lundi, je poste une nouvelle vidéo. Il y aura donc une série de tutoriels chronologiques pour chaque niveau. J’en suis tellement excité.

Espérons que ces vidéos se démarqueront de toutes les autres. En raison des qualités amusantes et très utiles ! Gros sourires à tous !!!!!!!!

  • Pensez-vous que les tutoriels sur les systèmes vidéo répondent à une demande croissante ?

Je pense que les leçons vidéos en ligne sont pour maintenant et pour l’avenir. Maintenant, notre monde est petit (rester à la maison petit) mais aussi globalement (www.internet.com ;-)). Je peux le voir dans mes cours en ligne, par exemple, peu importe où vous vivez, que vous pouvez avoir des cours avec qui vous voulez, dans le monde entier. Et je pense que c’est cool ! Maintenant j’ai des étudiants en Allemagne, en Afrique du Sud, en Amérique du Sud, en Espagne et aux États-Unis. Et personne n’a besoin de voyager, de prendre un avion, un train ou une automobile (c’est mieux pour l’environnement aussi). J’aime ça car que je peux aussi pratiquer mes compétences linguistiques. Mon espagnol et mon allemand ne sont pas excellents, mais j’enseigne dans ces langues, écrit-elle fièrement 😉 hahaha…

  • Quel est votre titre phare / préféré ? Pourquoi et qu’est-ce qui vous inspire ?

«Amour et lumière» est ma devise. J’essaie d’être dans un bon état d’esprit et en bonne santé corporelle, donc je peux mettre des vibrations positives dans ce monde !

Je viens de commencer mon nouveau groupe Arches Ensemble, nous avons fait de beaux concerts. Les musiciens sont vraiment les musiciens avec qui je veux travailler car ce sont tous d’excellents musiciens, tout d’abord. Deuxièmement, ils aiment et excellent dans l’improvisation. Et enfin, ce qui est très important, ce sont des gens faciles à vivre et charmants. Clara de Mik est une batteuse professionnelle, mais joue également beaucoup de percussions (mélodiques). Lucas Stam est un violoncelliste professionnel, qui aime aussi les percussions. Terence Samson est le maître du groove, jouant toutes sortes de percussions et un peu de Bansuri.

Nous sommes tous inspirés et influencés par la musique de tous les continents. Persan, africain, sud-américain, australien, irlandais, indien pour n’en nommer que quelques-uns. Il y a tellement de cultures musicales riches et anciennes à travers le monde et nous sommes tous heureux d’en savoir plus chaque jour.

  • Quels efforts ou sacrifices avez-vous dû faire pour améliorer ou mettre vos vidéos sur Youtube ?

Mettre mes vidéos de tutoriel sur YouTube n’a jamais été un effort ou un sacrifice. J’achèterai un programme de montage vidéo, afin que je puisse les améliorer ! Peut-être que le mois prochain, j’aurai de l’argent à dépenser et j’espère que vous verrez ma vidéo s’améliorer (visuellement). De plus, je suis assez nouveau dans ce domaine, j’espère que je m’améliorerai en général. J’espère donc que vous vous abonnerez, partagerez et aimerez mes vidéos. Parfois, ce qui est difficile pour moi, ce sont les commentaires sur le fait que les femmes ne sont pas autorisées à jouer. Mais je pense que c’est ma croix à porter, étant une joueuse de premier plan.

  • Vôtre meilleur souvenir en studio ou en live pour ce projet ?

Tant de bons souvenirs, il est difficile d’en choisir un !!!

Les moments où tout clique, vous êtes ensemble dans l’instant, vous répondez déjà à ce que fait quelqu’un d’autre, vous êtes vraiment complètement connecté en musique. Je pense que c’est le meilleur médicament qui soit. Donc, chaque fois que vous trouvez cela, c’est la plus grande joie.

Je vais essayer de le décrire d’une manière différente : Il n’y a pas vous ou eux, il n’y a que de la musique / vibration. Seulement maintenant, seulement ce moment et vous êtes tous complètement connectés, tous un. Pas de lutte seulement des vibrations. Par exemple, je me souviens avoir eu un son parfait sur scène une fois au ‘Rêve de l’aborigène’, et nous (3ple-D) partions 🙂 !!!

  • Vôtre pire souvenir en studio ou en live pour ce projet?

Ooooh parfois lorsque vous enregistrez et vous ne pouvez pas faire les choses, maintes et maintes fois. Vous êtes fatigué d’être super concentré. Vous vous perdez encore plus. C’est une pure frustration. Ainsi que les concerts en direct, c’est parfois un travail super dur quand vous ne pouvez pas entendre les gens avec qui vous jouez, ou tout est tellement trop chargé donc ça vous fait mal aux oreilles. Vous ne pouvez donc entrer dans aucune ambiance. Cela me donne envie de pleurer à chaque fois. C’est ce qui s’est passé au festival ‘Boom’ au Portugal. J’ai vraiment pleuré après notre performance. L’ensemble du spectacle consistait simplement à essayer de faire en sorte que notre son soit correct, mais nous n’y sommes jamais parvenus.

  • À la vitesse des choses aujourd’hui, auriez-vous un message personnel pour les personnes qui regardent, écoutent ou écouteront vos vidéos de concerts ou de cours ?

Avec mes tutoriels, je suggérerais de partir de la vidéo # 1 (même si vous êtes un joueur assez avancé). Parce que vous devez couvrir toutes les bases (ou vraiment, assurez-vous que vous ne pouvez pas améliorer davantage ces techniques fondamentales) avant de passer à des techniques avancées. Je remarque que 99% de mes étudiants en ligne doivent d’abord travailler sur des techniques de base, comme la respiration ou même les lèvres.

Avec les concerts, soyez ouvert pour être surpris ;-)… TOUJOURS !   Soyez patient car vous risquez de manquer la partie qui est vraiment merveilleuse et magique… 😉 hihihihi.

CONCLUSION :

Voilà LIES donc… ce bout de femme qui s’est mise à jouer du didgeridoo en Europe dans les années 90, alors que les gens s’écriaient que c’était interdit pour une femme de jouer. Ce à quoi j’ai toujours répondu que cela concernait les femmes Aborigènes et pas les autres femmes du monde. Rappelons que les Aborigènes d’Australie ont une culture et des croyances différentes des nôtres… tout simplement !

Et puis allez dire ça à une femme de caractère comme Lies justement… cela amènerait une discussion très intéressante je pense !  En tout cas, Lies est cette artiste et professeur de didgeridoo qui m’aura permis de mieux voir et comprendre ce qu’il se passe dans la tête d’une femme hyper-active ! Merci Lies !!!

Pour les organisateurs de festivals qui aiment les femmes qui font le show… il est clair que LIES BEIJERINCK enthousiasmera vôtre public… promis !!! Smiling Face with Heart-Eyes on Apple

Suivre LIES BEIJERINCK :