DIDJAMAN DIDGERIDOO

______________

La lutherie et fabrication de didgeridoos, du traditionnel au moderne, que faire ?

« Le didgeridoo a bien évolué en plus de 25 ans… et ce d’une façon incroyable ! »

Copyright Photos : Tribal Zik Records

Faisons d’abord un petit tour aux origines du didgeridoo :

Le didgeridoo date environ de 20 000 ans. Il est certainement l’instrument le plus “ simple “ que l‘être humain connaisse à ce jour, car c’est un instrument sans mécanique… dotée que d’une seule colonne d’air… tout simplement !

Le didgeridoo est un arbre d’eucalyptus dont le cœur du tronc est mangé et évidé par les termites, alors qu’il est encore en terre et bien vivant. Ce phénomène se passe dans la région du Nord de l’Australie uniquement. Ensuite, intervient la main de l’homme, qui va couper cet arbre à la base, puis conserver le tronc qui est donc “creux”, pour en faire un didgeridoo en passant par les étapes de fabrication suivantes :

– La coupe ; la période de séchage (6 mois à 5 ans environ) ; le nettoyage et traitement phytosanitaire ; enlever l’écorce, rabotage, ponçage ; application de l’embouchure en cire d’abeille, bois ou autres matières ; accorder la note de l’instrument ; vernissage et polissage.

A l’origine, il y avait des centaines de communautés aborigènes en Australie. Pour les tribus concernées, c’est-à-dire celles du Nord des terres australes, l’appellation “Didgeridoo” est née lors du colonialisme. Les noms tels que “YIDAKI”, “MOLOO”, “IHAMBILBIG” et bien d’autres définissent le nom du didgeridoo dans les différents dialectes aborigènes. Les occidentaux l’écrivent de façon différentes comme Didgeridoo et Didjeridoo. Chez les aborigènes d’Australie, le didgeridoo est instrument utilisé lors de rituels appelés “Corroborées“, qui sont des moments sacrés où les tribus aborigènes chantent et dansent en rendant hommage et en remerciant notre planète. Plusieurs danses telles que “la Danse du Kangourou“, “la Danse de l’Aigle” etc. y sont évoquées. Je vous propose d’aller voir l’excellent site YIDAKIWUY DHAWU pour en savoir plus sur les origines du Yidaki et notamment sur la culture de la tribu aborigène YOLNGU.

Le joueur fait vibrer ses lèvres pour obtenir une vibration de base qui sera la note fondamentale de l’instrument (appelé également “bourdon ou drone“). Puis il va ajouter des sons supplémentaires avec sa langue, gorge, voix et diaphragme imitant ainsi la nature qui l’entoure accompagné de rythmiques appropriées. La respiration circulaire est une technique fondamentale et très présente dans le jeu du didgeridoo pour jouer de façon “continue“, va être une technique fondamentale que le joueur va utiliser. C’est à dire, jouer sans que le son s’arrête, ce qui amène un effet enivrant lorsque l’on l’écoute attentivement.

Plus un didgeridoo est long, plus il sera grave. Le son du didgeridoo correspond à une note (Do, Ré, Mi etc.). Il est également utilisé pour soigner de certaines maladies ou stress, comme l’apnée du sommeil. Certaines personnes se sont arrêté de fumer grâce à cet instrument de la nuit des temps !

Question à Raphaël : Tu es le pionnier de cet instrument en France… as-tu observé un changement dans la fabrication ?
– « Oh que oui !!! Le didgeridoo a bien évolué en plus de 1995… et ce d’une façon incroyable ! La France regorge d’enthousiasme en ce qui concerne l’évolution du didgeridoo… donc la remise en question est permanente et obligatoire ! Sinon, l’évolution peut nous laisser sur le carreau !

C’est donc pour cela que j’ai décidé de mixer « Modernité et Racine »… ce qui m’a amené à développer mes dernières productions de Didgeridoo de la série “TESLA DIDGERIDOO”, en hommage au grand chercheur Nicolaï TESLA qui voulait distribuer l’électricité gratuitement au monde… ça aurait été génial et fou non ?! Donc je regarde et observe depuis des années l’évolution de mes amis fabricants… et ma remise en question a été totale, croyez-moi ! Et ce grâce à tous ces nouveaux luthiers “explorateurs” de didgeridoo de la nouvelle génération. Mais au fond de moi, quelque chose me disait que je pouvais lier modernité et racine… mais comment ?

Et c’est lors de mon voyage en 2018 en Australie que tout s’est éclairé… grâce à des rencontres et des échanges de discussions sur les projets, et de ce qui nous anime entre amis et dans la vie. C’est pendant ces moments intimes que naissent les idées… et on en revient rechargé de nouveautés nécessaires pour continuer…

C’est de là qu’est venue l’idée de créer et de développer ma nouvelle série de didgeridoo que j’ai nommé TESLA DIDGERIDOO… avec en parallèle des stages que j’ai fait auprès d’une amie luthière, qui m’a appris les techniques complexes de vernissages à l’ancienne dit “vernis au tampon ou laque” comme le pratique les luthiers sur leurs instruments que sont les violons et les pianos… ce qui donnent un visuel et un touché incroyablement beau et doux… et c’est vraiment tip-top classe ! Bien sûr, je fais toujours des didgeridoos plus traditionnels on va dire… avec embouchure en cire d’abeille ou bois, avec le corps du didgeridoo de couleur naturelle, sans les dendrites de la série TESLA.

En fait, j’aime m’adapter au désir de chacun, de façon à ce que le joueur soit à l’aise et heureux de jouer son didgeridoo ! “

Propos recueillis par Laurent et J.C Decalone pour FEELING MUSIQUE.

Tous les ans, Raphaël Didjaman s’envole pour le Nord de l’Australie, la seule région dans le monde où ce phénomène se produit dans le bush, des arbres d’eucalyptus sont naturellement creusés par les termites lors de sa croissance. Il procède à la cueillette et la collecte du bois de première qualité dans le monde, de façon à obtenir des instruments avec une qualité acoustique élevée. Après la saison de “coupe”, de retour en France, il confectionne ses didgeridoos dans son atelier et veille au respect des particularités du bois en suivant fidèlement les techniques des luthiers.

Chaque instrument est donc unique. La qualité de son travail artisanal permet de vous offrir des instruments d’excellente qualité, qui satisfera les joueurs les plus exigeants. Allez donc voir le SHOP  pour vous faire une idée sur la qualité de production d’un didgeridoo venant d’Australie, et ce depuis 1995…

Des questions ? N’hésitez pas à contactez Raphaël Didjaman pour vos réponses !

RACINE

NATURE

HORIZON

PARTAGE

DANSER

Découvrez aussi :

__________

Consultez le BLOG !

Venez discuter et papoter sur des artistes et des sujets instructifs… histoire d’avoir juste votre point de vue !

Photo entête : Benjamin Béni