Quand on pense que cela fait plus de 20 000 ans que certaines tribus aborigènes d’Australie jouent de ce magnifique instrument… et qu’ils se soignent avec… incroyables non ?!

Ma première expérience de soin avec le didgeridoo a été le lendemain d’une soirée bien arrosée. Je ne sais pas pourquoi mais j’allais prendre un médicament… et je passe devant un de mes didgeridoos et je le prends pour voir si de bon matin j’allais pouvoir le souffler… et voilà que ce didgeridoo me renvoie une belle énergie. Du coup je bloque sur lui et je joue pendant un bon 15 minutes sans m’arrêter… et qu’au bout de ce quart d’heure, je m’aperçois que… fini la gueule de bois ! Mais bon je n’y prête pas plus attention car je me dis que c’est peut-être le hasard en fait…

La semaine d’après, je réitère la même expérience après une soirée poker entre amis… et là, le même phénomène se reproduit ! Donc, je me dis qu’il y a peut-être quelque chose qui me dépasse et je décide de m’y attarder beaucoup plus afin de voir si quelque chose de physiologique pouvait se passer entre l’instrument et moi. Je commençais vraiment à comprendre que ce “bout de bois” avait peut-être des vertus cachées ou invisibles… quelque chose qui se situerait au delà de notre compréhension, pourquoi pas après tout !

De fil en aiguille avec les années, j’ai vu des élèves et des gens de mon entourage, qui jouaient du didgeridoo, s’arrêter de fumer ou bien de ne plus faire d’apnée du sommeil, car ils prenaient véritablement conscience de leur corps ainsi que leur colonne d’air. cette même colonne d’air qui leur sert à respirer le jour et la nuit… donc vivre ! Alors pourquoi l’encrasser avec du goudron par exemple ?

” Toute cette logique de “pensée nouvelle” est dûe à une prise de conscience qui intervient, en général, lorsque l’on a envie que les choses bougent sincèrement dans notre vie…” – d’après le témoignage des joueurs

Personnellement, le didgeridoo m’a réellement changé et sauvé la vie… et ce à 2 reprises ! La 1ère fois a été la rencontre avec lui… ce qui a changé mon futur à l’âge de 27 ans, lorsque j’ai décidé de m’y consacrer à 200 %. Et la 2ème fois a été en 2005/2006, lorsque j’ai fait une belle grosse dépression… celle qui fait bien mal et dont peu de gens s’en remettent car trop d’hyper-sensibilité présente à fleur de peau…

Et bien le didgeridoo a été mon point d’attache à la vie, à la terre… ainsi qu’à la mission que je m’étais promis d’accomplir : faire découvrir le didgeridoo à celui qui aime la musique dans tous ces états !

Raphaël Didjaman.

______________________________________

Si vous avez été le témoin d’une expérience liée directement au didgeridoo… et bien n’hésitez pas à la partager avec nous en laissant votre précieux témoignage… je suis sûr qu’il nourrira quelqu’un ici sur ce blog !